Rogue One: A Star Wars Story: Un space-opera ambitieux qui nous fera vivre une partie sombre de la Rébellion

Date de sortie: 14 décembre 2016 De: Gareth Edwards (II) Avec: Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn.. Genres: Fantastique, Aventure Durée: 2h 14min

Date de sortie: 14 décembre 2016
De: Gareth Edwards (II)
Avec: Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn..
Genres: Fantastique, Aventure
Durée: 2h 14min

Au cinéma le 14 décembre 2016

Synopsis:

Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.

Critique Rogue One: A Star Wars Story:

Note: 9/10

Après Monsters et Godzilla, Gareth Edwards s’attaque à Rogue One: A Star Wars Story, ce film se place juste avant Star Wars: Un Nouvel Espoir. Au casting nous retrouvons Felicity Jones, Diego Luna, Alan Tudyk, Forest Withaker, Mads Mikkelsen, Ben Mendelsohn, Riz Ahmed ou encore Donnie Yen. Avec ce pari fou, Gareth Edwards réussit-il à remplir le cahier des charges?

Dans ce film nous suivrons Jyn Erso accompagné de Cassian Andor et de la Rébellion afin de s’emparer des plans de l’Étoile de la Mort. Dans le rôle de Jyn Erso nous retrouvons une Felicity Jones déterminée qui saura tenir la tête de ce film avec un personnage féminin fort et profond. À ses côtés Cassian Andor, sera un soutien essentiel pour l’accompagner dans cette lutte. L’acteur Diego Luna qui lui prête ces traits se révèle être un bon atout et lui donne un vrai côté rebel au passé difficile. Il forme ainsi avec Felicity Jones un duo efficace. Ben Mendelsohn qui incarne Orson Krennic, nous livre un personnage assoiffé par son envie de grandeur. Le comédien nous offre ainsi une très bonne prestation. Bien que nous ne le voyions pas à l’écran, Alan Tudyk réussit à donner vie au droïde K-2SO qui se révélera être le nouveau chouchou de cette histoire. Le reste du casting saura également capter toute notre attention et nous fera vivre un très bon moment avec ce Rogue One.

Côté mise en scène, Gareth Edwards nous plonge dans un vrai film de guerre avec un scénario solide. Les prises de vues nous rappellerons par moments Le Réveil de la Force, avec son lot de décors naturels et l’immensité de l’univers. Le bestiaire et la galaxie s’élargissent pour notre plus grand plaisir. Les scènes d’action sont très bien rythmées et nous en mettent ainsi plein la vue avec des combats intenses. Bien évidemment quelques clins d’œil seront présents sans être abusifs et placés assez intelligemment. Les effets spéciaux ne nous laisseront pas en reste, et l’utilisation de la 3D est sympathique mais n’est pas une nécessité. Rogue One n’est pas simple film de guerre auréolé de séquences de combat, il nous propose un film sombre où les personnages ne sont pas que des saints. Enfin, la musique composée par Michael Giacchino nous offre ainsi nouveaux morceaux qui sauront s’inscrire dans l’univers composé par John Williams.

Avec ce spin-off, Gareth Edwards apporte un nouvel édifice à l’univers Star Wars et réussit ce pari avec brio. Le casting fait également sensation en nous apportant des personnages solides. Rogue One: A Star Wars Story est un space-opera ambitieux qui nous fera vivre une partie sombre de la Rébellion.

Bande-annonce: