Le Sanctuaire: un survival surprenant et poétique

Le Sanctuaire affiche

Date de sortie : 30 mars 2016
De : Corin Hardy
Avec : Joseph Mawle, Bojana Novakovic, Michael McElhatton…
Genre : Horreur, fantastique
Durée : 1h37min

Synopsis:

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Envoyé en Irlande par son entreprise afin d’élaborer un nouveau projet de recherche, Adam Hitchens s’installe, avec sa femme et leur bébé, en plein cœur d’une forêt mystérieusement épargnée par le déboisement industriel. Mis en garde par les habitants du village voisin contre une terrifiante menace qui pèse sur leur fils, le couple fait d’abord preuve de scepticisme, avant de réaliser qu’ils seront seuls à lutter contre les gardiens de ce « sanctuaire »…

Critique: note 6,5/10

Le réalisateur Coron Hardy nous livre son nouveau film Le Sanctuaire. Pour ce long-métrage, le metteur en scène s’offre un casting varié sans têtes d’affiche connues. nous y retrouvons ainsi Joseph Mawle (La Maison Des Ombres, Au Coeur De L’Océan), Bojana Novakovic (Jusqu’En Enfer, Devil), Michael McElhatton (Albert Nobbs, Game Of Thrones), Michael Smiley (Kill List, Le Dernier Pub Avant La Fin Du Monde) ou encore Stuart Graham (Michael Collins, La Taupe).

Dans ce film, nous suivrons Adam et sa femme Clare qui viennent tout juste d’emménager en Irlande, par l’entreprise de déboisement d’Adam. Leur voisin Colm va les avertir d’une menace qui règne dans la forêt et sur leur bébé… Le couple est interprété respectivement par Joseph Mawle et Bojana Novakovic. Nous ressentons une réelle complicité entre les deux acteurs qui fera vite nous attacher à ces deux personnages. Michael McElhatton qui incarne leur voisin Colm, apporte une touche mystérieuse supplémentaire au récit. Ce personnage est également rongé par son passé difficile. Le reste du casting est peu présent à l’écran car l’histoire se focalise essentiellement sur Adam et Clare.

Côté mise en scène, le réalisateur nous plonge à la fois dans un film d’horreur avec un côté mythologique sur les forêts irlandaises. Au travers du récit, plusieurs sujets sont abordés comme notamment la déforestation ou les contes de fées. L’ambiance est assez pesante et énigmatique ce qui nous permettra de facilement de nous prendre au jeu. Le seul petit regret sera peut-être le manque de jumpscares pour une immersion totale. On notera également le soin apporté aux créatures et aux différents maquillages. N’hésitez pas à rester pendant le générique car une petite surprise vous y attend.

Le Sanctuaire est une bonne surprise qui saura nous surprendre tout en étant poétique. Le casting est efficace et nous nous laisserons prendre au jeu facilement. Ce survival se révèle être efficace au sein d’une industrie bien peu imaginative.

Bande-annonce: