Deadpool: un divertissement sans prise de tête

Deadpool Affiche

Date de sortie : 10 février 2016
De : Tim Miller
Avec : Ryan Reynolds, Morena Saccharin, Ed Skrein…
Genre : Action, Aventure, Science-fiction
Durée : 1h46min

Synopsis:

Deadpool, est l’anti-héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

Critique: note 5/10

Pour son premier long-métrage Tim Miller se voit confier l’adaptation du comics Deadpool. Le casting est assez varié et nous offre des acteurs de tout horizon. Nous retrouvons ainsi Ryan Reynolds (Green Lantern, La Proposition), Morena Baccarin (Homeland, Spy), Karan Soni (Chair De Poule, Blunt Talk), Ed Skrein (Le Transporteur: Héritage, Kill Your Friends) ou encore Brianna Hildebrand (Prism). Mais que vaut réellement ce nouveau film Marvel?

Après avoir appris qu’il était atteint d’un cancer, Wade Wilson ex-militaire et redoutable chasseur de primes va être contacté afin d’être guéri via une solution top secrète. Dans le rôle de Wade Wilson aka Deadpool, nous retrouvons Ryan Reynolds qui lui prêtait déjà ces traits dans X-Men Origins: Wolverine. L’acteur correspond parfaitement au personnage n’a pas besoin de se forcer, il est Deadpool. Face à lui dans le rôle d’Ajax (le grand méchant) nous retrouvons Ed Skrein qui s’en sort plutôt bien et se révèle être une bonne surprise. Dans le rôle de Vanessa la petite amie de Wade Wilson, nous retrouvons Morena Baccarin qui sera la touche sexy du film. Enfin, le reste du casting se fond bien avec l’univers qui nous est proposé.

Côté mise en scène, rien de bien originale à part la première partie du film qui se cantonne à un interminable va-et-vient entre la fusillade sur l’autoroute (vu dans la bande-annonce, ce qui est vraiment dommage…) et des flashbacks revenant sur le passé de Wade Wilson. Bien que certaines blagues fassent mouche, le fait d’en débiter plein lasse le spectateur. A l’instar, Kick-Ass nous présentait un vrai anti-héros où la violence existait réellement et l’humour fonctionnaient à merveille, ici les séquences trash sont bien moins présentes et peut-être moins assumées. Les effets spéciaux en font également les frais et nous rappellerons ceux du premier Wolverine. Ryan Reynolds ne déroge pas au fameux proverbe « jamais deux sans trois » car après X-Men Origins: Wolverine et Green Lantern il nous prouve une fois encore que le monde des adaptations de comics au cinéma n’est peut-être pas fait pour lui. On notera quand même que les combats restent intéressant et soutenus. Quelques bonnes surprises se glisseront comme l’histoire avec Dopinder le chauffeur de taxi. Pour finir, la bande son composée par Junkie XL est plutôt cool et rythme bien le film.

Avec ce film, Tim Miller nous livre un anti-héros dont le maître mot est l’humour aux méthodes plutôt trash. Malgré un bon casting et un Ryan Reynolds habité par le rôle, le film souffre d’un manque de surprises dû à une bande-annonce trop explicite (donc si vous ne l’avez pas vu, vous savez ce qu’il vous reste à faire, éviter de la visionner pour réellement profiter de cette adaptation). Deadpool est un divertissement à prendre au second degré pour être savouré comme il se doit. Et restez bien jusqu’à la fin du générique pour la cerise sur le gâteau…

Bande-annonce: