Zulu : Retour sur la Masterclass

Hier, nous avons pu assister à la projection de Zulu, adaptation du livre du même nom, suivi d’une Masterclass en présence du Réalisateur Jérôme Salle, le scénariste Julien Rappenau, le chef monteur Stan Collet et le producteur Richard Grandpierre.

Après avoir vu le film, l’équipe du film est arrivée dans une ambiance joviale et a répondu aux questions de la salle.

zulu01

Nous avons donc commencé la série des questions en demandant comment s’était passé la collaboration avec Caryl Ferey, l’écrivain du livre. Jérôme Salle nous a expliqué qu’avant le film, il ne connaissait pas Caryl Ferey. L’auteur a été content que son œuvre fût adaptée sur grand écran, il a même donné carte de blanche à celui-ci pour adapter librement le film. La collaboration s’est donc très bien déroulée, il a été tenu au courant des étapes du film. Caryl Ferey fait même une partie de la promotion  avec l’équipe du film.

Les questions s’enchaînent et l’équipe nous fait partager les anecdotes et les secrets de tournage.

zulu03

L’idée d’adapter le livre sur grand écran est une idée de son chef monteur, Stan Collet, qui a conseillé à Jérôme Salle de lire le livre car Stan avait été touché par l’histoire et par le pays en lui-même.

Jérôme Salle nous a expliqué que le travail fut assez long puisqu’il a fallu écrire le scénario en Français puis être traduit en version américaine et pour terminer, il a été retravaillé et traduit par un traducteur Sud-Africain. Malgré que le film soit très violent, le réalisateur a dosé cette violence pour l’adapter à la situation que nous pouvons retrouver dans ce pays, en essayant de ne pas trop en faire pour que cela paraisse réel.

zulu02

Concernant le casting, il était important pour eux de travailler avec des acteurs connus et de talents. Alors que le choix de Forest Whitaker s’est imposé puisque c’est Forest lui-même, qui a voulu travailler sur le projet et comme dirait le metteur en scène « comment dire non à un tel acteur aussi talentueux que prodigieux », Le choix de Orlando Bloom n’est pas écrit d’avance puisqu’il n’était même pas dans les premiers choix du réalisateur. Quand l’agent de Jérôme Salle, lui a proposé d’engager Orlando, ce fut un choix étonnant mais très intéressant de prendre un acteur qui n’a jamais joué ce style de rôle qu’il interprète dans le film. Orlando est totalement différent dans la vie par rapport au rôle qu’il joue mais cela apporte encore plus de cachet, car il a dû se démener pour arriver au résultat tel qu’on le voit à l’écran.

Petite anecdote : Orlando est arrivé un mois avant le tournage pour se mettre dans les conditions du film et apprendre le langage d’Afrique du Sud.

Le tournage en Afrique du Sud, c’est très bien déroulé, ils ont tourné essentiellement dans de vrais bidonvilles appelés Township qui sont des zones urbaines pauvres mais qui ont l’habitude des tournages de films et de publicités notamment  (une sorte d’entreprise de tournage s’est créé sur place). Dans les Townships,  l’équipe du film a trouvé dans l’ensemble une ambiance très sympathique malgré une situation économique et sociale compliquée. De plus, l’équipe a également tourné dans des quartiers encore plus dangereux et dominés par de vrais « Tony Montana ». Mais tout s’est déroulé sans soucis majeurs.

Nous remercions l’équipe du film et Pathé pour cette masterclass qui fut passionnante et enrichissante.