Retour sur la conférence de Lone Ranger, Naissance d’un Héros

Nous avons eu la chance d’assister à la conférence de presse de Lone Ranger: Naissance D’Un Héros, en présence du réalisateur Gore Verbinski, de l’acteur principal Armie Hammer et du producteur Jerry Bruckheimer. Voici ce que nous pouvons retenir de cette conférence.

lone

Pour commencer, Jerry Bruckheimer nous a expliqué son point de vue sur l’ensemble de la production du film. Selon lui, le plus grand défi pour réaliser était tout d’abord d’avoir une bonne histoire afin que le public s’amuse. Surtout que 85% des Américains l’attendait. Malheureusement, le succès au box-office américain n’était pas au rendez-vous, ce qu’il assume pleinement. Il a continué en nous expliquant que tous les membres de la production ont aimé le film et qu’il compte sur la sortie Européenne puisque 70% des Européens l’ayant déjà vu l’ont apprécié. Finalement, il a insisté sur le fait que le film est suivit à la lettre les règles du MPAA (CSA pour nous) afin d’avoir la mention PG-13 pour avoir un public bien ciblé.

loneranger3

Dans un autre style, Armie Hammer a répondu aux questions avec beaucoup d’humour. Pour lui, le tournage se résume à avoir écouter les deux grands géants de cette superproduction: Gore Verbinski et Jerry Bruckheimer. De plus, il nous a confié avoir aimé tourner dans des conditions incroyables malgré tous les inconvénients rencontré (les imprévus météorologiques…). Et pour l’anecdote, la première fois que Armie rencontra son partenaire, c’était dans un café – du Nouveau Mexique à Albuquerque  – où il l’aperçut muni d’un oiseau sur la tête.

loneranger2

Pour terminer, voici la vision du metteur en scène Gore Verbinski. Pour lui, l’objectif principal de ce film était de mettre en avant une vision inexploitée du Ranger Solitaire qui est un personnage assez complexe. Il nous a ensuite expliqué, que la relation entre Tonto et Lone Ranger est une transposition entre le passé et le progrès. Le film est donc une transition d’une ère à une autre, ce qui implique, que la nature change et celles des hommes aussi ce qui fait que ce western est post-moderne purement américain. On a pu constater dans ce film, qu’une multitude d’hommages furent rendu à l’ensemble du genre. Et pour l’anecdocte, pour les besoins du tournage un guide amérindien était présent et à un certain moment, Gore a posé sa caméra au même endroit que John Ford ce qui fit rire le guide et le lui expliqua. Enfin, le réalisateur nous explique son point de vue sur la scène post-générique qui est sensée être énigmatique afin que le spectateur laisse libre cour à son imagination, mais celui-ci y voit plutôt un retour aux sources.

De plus, ce soir avait lieu l’avant-première du film en présence des 3 membres de l’équipe sur les Champs-Elysées.

lone4 lone5

Notre avis sur la conférence :

C’est toujours sympathique d’assister à ce genre d’événement d’avoir un contact direct avec une partie de l’équipe du film. La conférence était très bien organisée mais un peu courte (surement du à un planning serré). Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de poser notre question mais nous avons appris pas de mal de choses, ce qui nous a permis d’avoir une vision différente du film et d’avoir quelques réponses à nos interrogations.